Brocoli vs poulet frit… La morale de l’histoire

colonel_montignac

Récemment, un collègue de bureau m’a envoyé cette caricature publiée dans le Journal de Montréal suite au décès de M. Montignac célèbre pour l’invention du régime miracle du même nom. Il me demandait quelle était la morale de cette dernière.

Étant un amateur de nourriture un peu en chair. Il m’est immédiatement apparu le réflexe d’analyse qui serait le plus simpliste, mais aussi le plus plaisant pour tous. Oui, le Colonel Sanders nous le confirme, la malbouffe est bonne pour nous et le brocoli est meurtrier. Désolé pour ceux qui aiment plus le brocoli qu’un bon Big Mac, mais on se reverra dans l’au-delà. Voilà qui fait certainement plaisir à tous les gros du monde.

Cependant, la réalité m’a alors frappé de plein fouet. Il s’agit d’un sophisme. Ce n’est pas parce qu’un exemple précis nous laisse croire à une chose que cette dernière est forcément vraie. Par exemple, si je saute du troisième étage et que je survis, allez-vous croire que ce n’est pas dangereux et le faire vous même ? J’en doute.

Donc, il y a une autre morale à la mort rapide de Montignac et la longue vie du Colonel. Les gens les plus défaitistes qui croient que la vie est noire au possible, la trouveront rapidement. C’est tout simplement que la vie est cruellement injuste parfois. Ce pauvre Montignac, après avoir fait des efforts épouvantables pour atteindre la santé a été pris par la grande Faucheuse rapidement et le colonel, lui, a évité cette dernière, qui trouvait bien drôle de le laisser vivre longtemps. Allez-y, broyer du noir en y pensant…

OK, si vous avez déjà commencé votre déprime, arrêtez-la rapidement. Il n’y a qu’une seule vérité et une seule morale. Comme tout bon vendeur de drogue, le Colonel Sanders était probablement assez brillant pour savoir qu’il fallait vendre son produit, sans le consommer.

De plus, pour la petite histoire, vous saurez que le Colonel lui-même, qui ne possédait plus les droits de gérance sur la chaîne, à la fin de sa vie, déplorait ouvertement la qualité du poulet qui y était maintenant servi. Voilà !

En terminant, comme cela ne m’empêche pas et ne vous empêchera pas de trouver cette caricature amusante. Je termine sur une note humoristique en vous disant que Randy Quaid fut la voix du colonel dans les pubs de KFC après sa mort. Qui est Randy Quaid ? voilà une séquence culte pour vous aider.

http://movieclips.com/watch/independence-day-1996/russell-becomes-a-hero/

Salut les boys ! C’est encore moi… ah !

4 réflexions au sujet de “Brocoli vs poulet frit… La morale de l’histoire”

  1. Who the fuck doesn’t know who Randy Quaid is? Le monde n’a pas sa culture à la bonne place.

    Dans un autre ordre d’idée, je ne sais toujours pas si je dois faire attention à mon alimentation ou non, mais je sais que ce texte me donne le goût de manger du PFK en bâtinsse!

    Peace out.

  2. Bravo ! Tu sais c’est qui Randy Quaid ! Mais, le savais-tu qu’il était la voix du Colonel Sanders en cartoon ? De plus, je le sais que le monde savent qui il est, mais j’aime bien revoir cette séquence de cinéma !

  3. Moi je trouve que de cette situation ne ressort qu’une vérité : ça ne sert à rien de se poser plein de questions. Faut faire (et manger) ce qu’on veut, quand on veut. Mais c’est certain que quand on ne se pose pas trop de questions, c’est difficile de faire un blog philosophique…

Laisser un commentaire